Lenny, j’te jure, je ne suis pas une truie !

Cochonne √† mes heures ? Allez, ok. Peut-√™tre. Je te le conc√®de. Mais non, Lenny, non : je ne suis pas une truie ! Bon…¬†j’imagine que tu ne sais pas bien √† quoi je fais r√©f√©rence…¬†Laisse-moi donc, s’il te plait, te rafra√ģchir la m√©moire.

Vois-tu, le 14 f√©vrier dernier, mon fabuleux fianc√© nous a offert √† lui et moi comme cadeau de St Valentin – qu’on f√™te d’habitude¬†√† la St Glinglin – des places pour venir voir Fary¬†√† Pleyel, et √ßa, c’√©tait un big deal pour nous en tant que couple ! On aime le cin√©ma, mais rarement¬†les m√™mes films ;¬†la musique, mais rarement les m√™mes artistes ; Netflix, mais rarement les m√™mes s√©ries ; l’humour, mais rarement les m√™mes humoristes… Du coup, l√†, BAM ! Les plan√®tes s’alignaient : la Saint Valentin, Pleyel, un artiste qu’on aime en commun, fallait pas qu’on rate √ßa, tu vois ? Donc¬†tu vois le topo, soir√©e en amoureux, sortie¬†exceptionnelle, classe absolue de la salle Pleyel, √† laquelle √©videmment j’arrive √† la bourre parce que je suis une meuf (en gros, j’arrivais du taf * hashtag on a failli √™tre sexiste, dis donc *), mais ouf!, √ßa n’a pas encore commenc√©, l’honneur est sauf, mon mec¬†et moi on s’installe, on est content, c’est cool.

Sauf que bim, arrivent les humoristes de premi√®re partie, dont toi, et l√†, c’est le drame.

Au beau milieu d’un sketch¬†POURTANT sur les anglaises d√©complex√©e de leur poids – dis-donc, donc de base, un sujet plut√īt cool franchement, la d√©complexion ! Mais l√† tu me refroidis tout de suite, parce que te voil√† √† faire quoi ? Des bruits de porc. S√©rieusement, mec…. Des bruits de porc. Ou devrais-je √©crire : « S√©rieusement, mec ? Des bruits de porc ? ».
√áa m’a tellement choqu√©, et d√©√ßu. C’√©tait pas intelligent, c’√©tait facile, bas, petit… N’as-tu VRAIMENT rien trouv√© de mieux pour¬†faire rire la foule aux d√©pends d’une personne grosse qu’en imitant un cochon pour illustrer une blague sur les gros ? S√©rieusement ?
Et je me retiens de te faire un pamphlet sur le fait qu’ENCORE UNE FOIS « personne grosse » d√©signait une FEMME bien entendu ! C’est pas pr√©cis√©ment le sujet de ma lettre donc je d√©veloppe pas, mais je te le dis quand m√™me, √ßa aussi c’est fatiguant, √† la fin. Vraiment.
Et puis, le fond des choses, c’√©tait quoi alors ? La fond de ce¬†qui doit faire rire, c’est quoi ? Que les nanas d√©complex√©es sont de toute fa√ßon, non pas heureuses, mais ridicules¬†? Qu’elles seront toujours des truies aux yeux de tous quoiqu’elles fassent ?

Alors Ok, peut-√™tre que ce sketch ne m’a pas fait rire parce que je suis grosse moi-m√™me. Et pourtant ! J’aime tellement l’humour. Je me targue m√™me d’en avoir un peu ; c’est d’ailleurs¬†√ßa qui m’a men√© jusqu’√† Pleyel ce soir l√†. Du coup, ce n’est pas √ßa, je crois, qui me manquait pour rire avec toi. Ce qui faisait d√©faut, c’√©tait¬†la bienveillance ; celle qui m’aurait fait rire de moi-m√™me gr√Ęce √† toi¬†! Mais h√©las non, √† aucun moment je n’ai senti l’envie de m’inclure¬†alors que j’√©tais pourtant concern√©e, faisant indubitablement partie des personnes vis√©es par ta vanne. Mais y as-tu seulement pens√© ? T’es-tu au moins demand√© si √ßa ferait √©galement rire ceux dont il √©tait question dans ce sketch ?
La moquerie¬†blesse l√† o√Ļ l’humour fait rire, je t’apprends rien, et on peut encore √™tre tr√®s dr√īle en ayant un minimum de tact pourvu qu’on s’en donne les moyens, et surtout qu’on en ait le courage. La provoc’ gratos n’est PAS¬†de l’humour, et toi m√™me tu sais que rire « au d√©pend de » n’est pas « rire √† propos de ». Alors pourquoi ? Pourquoi la vanne facile qui m’exclut de la rigolade¬†en faisant de moi le¬†dindon de la farce ?
Lenny, surtout ne te m√©prend pas. OUI, il¬†FAUT rire de tout. Et OUI piti√© OUI, Je VEUX rire de tout, que le rire soit cathartique pour moi seule, ou qu’il d√©nonce notre soci√©t√© et nos¬†modes de vie si souvent absurdes. Mais alors je t’en prie : ne me tiens pas √† l’√©cart de la rigolade, ni moi, ni les gens qui me ressemblent, parce que je t’assure qu’au bout de tout ce que chacun d’entre nous, les gros, a pu vivre comme ostracisme jusqu’ici, et ben on a JUSTEMENT¬†bien besoin de rigoler !

Alors bon, voil√†, j’√©cris une lettre ouverte, mais c’est parce que je pense que le d√©bat m√©rite d’√™tre¬†cr√©e¬†publiquement sur le sujet, qu’il peut m√™me briser pas mal de tabous, que c’est un d√©bat de soci√©t√© puisque la satire est une critique¬†de la soci√©t√©, mais surtout parce que je crois¬†sinc√®rement qu’il ne s’agit pas que de moi et que de toi dans cette affaire. Profond√©ment, je pense (mais c’est peut-√™tre beaucoup demander, apr√®s tout…) que ceux qui ont la plateforme publique¬†pour le faire ont la responsabilit√© d’√©lever le niveau, que ce soit de leur art ou de la soci√©t√© dans laquelle nous vivons.
Et je te l’assure : imiter¬†des bruits de truie pour faire rire toute une salle aux d√©pends d’une personne grosse, m√™me imaginaire, franchement, √ßa √©l√®ve aucun niveau, nulle part – et √ßa fait vraiment¬†pas rire tout le monde.

Pour conclure cette lettre, je veux juste te dire que des blagues dr√īles sur les gros, y’en a pas beaucoup, parce qu’elles sont souvent pleines d’incompr√©hension, de moquerie et de stigmatisation, de d√©dain voire de d√©gout. Du coup, √©videmment, c’est pas dr√īle.
Mais moi, tu vois, je suis grosse, et j’ai pas mal d’humour sur le sujet ! Donc¬†si tu veux continuer √† faire des blagues sur nous, n’h√©site pas √† m’envoyer un petit message. J’ai du stock, j’aime √©crire, et j’aime bosser.
A savoir, j’ai potentiellement aussi un stock de vannes, pas sexistes mais pourtant dr√īles (concept !), sur les femmes !¬†√áa peut toujours servir aussi.

Dis-moi !
Bisous,


EDIT¬†: cette lettre ouverte, d’abord adress√©e a l’humoriste Fary, a √©t√© modifi√©e¬†a la suite d’une conversion directe tr√®s franche et honn√™te avec celui-ci, retablissant la paternit√© du sketch, qui s’avere √™tre¬†de¬†Lenny Harvey (qui assurait sa¬†premi√®re partie).
mes excuses renouvell√©e √† Fary pour ma¬†meprise (nee des similarit√©s de deux sketchs au fond semblable – ce que les gros sont, ou pas, ‘autoris√©s’ √† porter)¬†et merci √† lui de son √©coute, de son temps et de sa franchise.
malgr√© cette facheuse confusion, Le d√©bat reste ouvert quant au fond du sketch de Lenny Harvey, √† la grossophobie ordinaire, et au r√īle de la bienveillance et du tact dans l’humour du stand-up aujourd’hui.

Photo : Servane Roy Berton –¬†servaneroyberton.format.com
Publicités