#Jaitesté : la pâte à crêpes de Raymond Oliver 🍴

Si vous avez trainé sur Facebook ces dernières semaines, chandeleur oblige, vous n’avez peut-être pas pu échapper à cette video de l’INA, où le grand chef Raymond Oliver présente sa version de la pâte à crêpes dans une émission des années 50.

Téméraire, même si je n’ai jamais renié la recette de pâte à crêpes de ma mamie que nous utilisons tous dans la famille, j’ai décidé de tester la recette de cette vidéo-ci qui m’a paru tout de suite aussi WTF que délicieuse…
Et au final, ben c’était pas de la tarte ! Je ne sais pas pourquoi, je me suis retrouvée avec une pâte impossible à retourner une fois dans la crêpière (que ce soit à la main, à la spatule et alors encore moins à faire sauter), et il a donc fallu, en cours de route, que je rajoute une bonne quantité de farine et que je fasse reposer la pâte un temps conséquent pour qu’elle devienne enfin correcte. Correcte = que je puisse la retourner au moins avec une spatule (frustration, moi qui fait sauter les crêpes à la force du poignet). PS : a savoir également, il ment DE OUF quand il dit qu’on a pas à graisser la poêle !
Voici donc ma version à moi adaptée de celle du grand Raymond, parce que oui, malgré les galères en cours de route, la recette vaut VRAIMENT le détour.


LES INGREDIENTS

• 1 gousse de vanille
• 2 bonnes pincées de sel
• 4 cuillères à soupe de sucre
• 1/4 de litre de lait frais entier
• 600 gr de farine
• 8 oeufs
• 2 cuillères à soupe d’huile de tournesol (+ 1 petit verre pour graissage)
• 100 gr de beurre doux
• 1/4 de litre d’alcools pâtissiers (j’ai utilisé un mélange 50/50 Rhum blanc + Amaretto)
• 70cl environ de bière artisanale 


LA RECETTE

1 /  Dans une casserole, verser le lait, le sucre, le sel et la gousse de vanille (préalablement tranchée sur toute sa longueur), puis porter à ébullition à feu moyen.

2 /  Pendant ce temps, battre les oeufs et les deux cuillères d’huile de tournesol dans un robot ou à l’aide d’un fouet jusqu’à ce qu’ils soient légèrement blanchis et mousseux, puis ajouter la farine (tamisée de préférence) petit à petit jusqu’à obtention d’un mélange lisse et homogène.

3 /  Une fois le lait chaud, retirer du feu. Enlever la gousse de vanille, puis y ajouter le beurre coupé en morceau, en mélangeant délicatement jusqu’à ce qu’il soit totalement fondu.

4 /  Verser le mélange en filet dans la pâte en fouettant sans discontinuer, jusqu’à totale incorporation. Continuer en ajoutant les alcools, puis la bière.

5 /  Laisser reposer la pâte au moins 1h30.

6 /  Faire chauffer la crêpière. Pendant ce temps, chiffonner deux feuilles de papier absorbant et les emballer dans une troisième afin de former un tampon, puis le sécuriser à l’aide d’un élastique. Dans un bol, verser le petit verre d’huile de tournesol et laisser imbiber le tampon 10 minutes.

7 /  Huiler délicatement la surface entière de la poêle à l’aide du tampon, et verser une louche de pâte. Le secret de la réussite de cette recette : attention à ne pas verser trop de pâte, ou la crêpe aura du mal à cuire et sera difficile voire impossible à retourner !
Aussi, ne vraiment pas hésiter à regraisser légèrement entre chaque crêpe.


 « ET ALORS, C’ÉTAIT BON ? »

En vrai ? Elles défoncent. Mais genre, GRAVE. Parfumées et délicatement sucrées, elles peuvent même se manger comme ça, sans rien, et comme il dit, elles sont pas grasses du tout. Mais comme Raymond semble quand même faire beaucoup de choses au pif dans cette recette, il faut se méfier des quantités données. J’ai dû adapter au pif au fur et à mesure pour obtenir une pâte d’une consistance correcte, mais une fois que je suis arrivée à un résultat satisfaisant, c’est allé comme sur des roulettes et mon chéri et moi nous les sommes boulotés en à peine 2 jours, ce qui nous arrive quand même très rarement ! (Bon, sauf avec les cookies).
Du coup, je vous la recommande chaudement ! A vos crêpières et bon appétit les amis ! ❤

Mathilde

 

Publicités